Au sein de cette nouvelle rubrique, Macap souhaite mettre en lumière des artistes qui ont marqué leur époque et leur domaine artistique.

Aujourd’hui nous mettons le focus sur Banksy (oui, oui son nom est bien “Banksy” et non “Bansky”), artiste contemporain majeur dans le monde du street art, graffeur de rue, il entretient le mystère sur son identité et sur les lieux de création de ses futures œuvres.

Véritable phénomène artistique, ses peintures se volent et s’achètent à prix d’or et son plus joli coup médiatique reste à ce jour la destruction partielle de “La petite fille au ballon rouge” lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s en Octobre 2018.

Love is in the air – Israël 2003

Banksy love is in the air peint en Isräel en 2003

Cette oeuvre a été réalisée au pochoir à Jérusalem en 2003. Cette région du monde en proie au conflit historique qui oppose Israéliens et Palestiniens n’a pas été choisie au hasard. La posture du personnage rappelle celle d’un manifestant qui, au lieu de lancer une grenade ou un projectile, s’apprête à lancer un bouquet de fleurs. Un symbole fort de douceur en opposition à la violence sur le mur, alors récent, qui sépare Israël de la Palestine.

La porte du Bataclan – Paris 2018

Cette jeune fille triste a été découverte sur l’une des portes du Bataclan en Juin 2018. Elle a été peinte au pochoir par Banksy en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015.

Volée six mois plus tard, elle a heureusement été retrouvée en Italie en juin 2020.

La petite fille au ballon rouge – Londres 2018

Vendredi 5 Octobre 2018 chez Sotheby’s. Alors que retentit le coup de marteau du commissaire-priseur pour adjuger “girl with ballon” à 1.185 millions d’euros, l’œuvre sort de son cadre lacérée jusqu’à mi-hauteur. Le commanditaire de cet acte qui a provoqué la surprise générale n’a jamais été retrouvé. Sotheby’s a un instant été soupçonné d’avoir participé à cette mise en scène mais Banksy lui-même a nié toute implication de la maison d’enchères.

Cette même œuvre avait précédemment été réalisée en 2002 à Londres, sur le pont Waterloo.

La petite fille qui peint une tapisserie rose – Paris 2018

En juin 2018, Banksy est à Paris et il en profite pour y peindre plusieurs œuvres en un temps record, toujours de manière clandestine. Cette pratique s’appelle “l’invasion”.

Le 20 juin, date de la journée mondiale des réfugiés, cette œuvre est découverte, près de la porte de la Chapelle, tout près d’un ancien centre d’accueil de réfugiés. Encore une fois, Banksy s’inspire de l’actualité qui traite alors de la crise migratoire.

La petite fille et le soldat – Cisjordanie 2008

Banksy peint une fillette qui désarme un soldat en Cisjordanie

Toujours avec la technique du pochoir, Banksy peint ici une petite fille qui fouille un soldat armé. Cette œuvre a été découverte à Bethléem, en Cisjordanie (Palestine) en mai 2008, sur le mur construit par les autorités israéliennes pour séparer leur territoire.

Elle symbolise l’oppression de la population avec deux personnages caricaturés à l’extrême : un soldat armé, tout de kaki vêtu et une petite fille modèle avec une robe rose, des socquettes et des couettes, en train de le fouiller. Ici la petite fille a le contrôle sur le soldat.

Que sait-on de l’artiste ?

Soyons honnêtes, ça nous amuse de rédiger la biographie d’une personne dont on ignore tout !

Qui est Banksy ? Qui se cache derrière cet artiste engagé qui peint ses œuvres de manière clandestine partout à travers le monde ?

Personne ne le sait … Ou plutôt si… Certaines personnes le savent, celles qui composent sa garde rapprochée, mais elles sont assez intelligentes pour garder le secret car si Banksy dévoilait son identité, il perdrait un peu de la magie qui entoure son personnage mystérieux.

Banksy serait originaire de la région de Bristol et né aux alentours de 1974. Son véritable nom serait Robin Gunningham, un graffeur de Bristol ou Robert Del Naja (alias 3D), leader du groupe Massive Attack ou encore Jamie Hewlett dessinateur de bandes dessinées et membre du groupe virtuel Gorillaz…

Chaque hypothèse est naturellement accompagnée de son lot d’indications probantes et pourtant, aucune n’est plus certaine que l’autre …

Est-ce finalement si important ? N’est-ce pas plus intéressant de se focaliser sur l’art urbain de Banksy, sur sa méthode d’utilisation du pochoir et sur ses messages contestataires au sein desquels se mêlent humour et revendications ?

A Bristol, à Bethléem, à New York ou à Paris, Banksy s’engage pour la liberté, contre le système capitaliste, contre la société de l’hyperconsommation et les actions militaires.

Sa fantaisie, qui frôle parfois l’ironie, est confrontée à une certaine gravité qui vient forcément interpeller le spectateur.

Macap – Lundi 27 Juillet 2020

 

Laisser une Réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here